Traditions

De nos jours, les archers perpétuent toujours des traditions dont certaines remontent à l’Antiquité. Créées surtout au Moyen-âge, elles ont été rigoureusement codifiées et règlementées au fil du temps. Toujours appliquées par les archers, elles ont toutefois été modernisées en gardant leurs fondements intacts, les valeurs de Fraternité, de Respect, de Solidarité, de Courtoisie et d’Honneur. En voici quelques-unes.

Le salut

La première des traditions est de saluer l’assistance avant la première flèche en disant « Archers, je vous salue », les autres archers doivent répondent par « Salut ! ».

Ce, même s’il est seul, le tireur se doit de saluer.

La fête de la Saint Sébastien

A Rome, en 280 sous l’empereur Dioclétien, l’armée romaine comptait de nombreuses compagnies d’archers commandées par Sébastien, un officier de la région Narbonnaise, capitaine de la garde prétorienne.

Converti au christianisme, Sébastien fut sommé d’adjurer sa foi, ce qu’il refusa et fut alors condamné à mort, transpercé par les flèches de ses propres soldats. Ceux-ci, bienveillant, ne visèrent que des parties non vitales.

Devenu Saint Martyr, il fut recueilli par Irène, veuve de Saint Catulle. Après avoir guéri de ses blessures, il alla trouver l’empereur et lui reprocha son intolérance religieuse. Dioclétien le fit alors exécuter le 20 janvier 290.

Une chrétienne retrouva le corps et le fit enterrer dans les catacombes sur la via Appia. L’évêque de Soissons, six cent ans plus tard, ordonna Chevaliers les archers de la compagnie de Soissons et les chargea de rapporter les reliques de Saint Sébastien dans son diocèse. Ainsi naquit la Chevalerie de l’arc et Saint Sébastien devint patron des archers. La fête de la Saint Sébastien, patron des archers et arbalétriers, devint donc la seconde tradition.

Chaque année, le dimanche le plus proche du 20 janvier, les compagnies d’arc fêtent la Saint Sébastien par le tir de la saint Sébastien et un repas amical.Les distances de tir et les ordres de passage sont tirés au sort et chaque archer tire deux flèches.

Sont déclarés vainqueurs, les archers dont la flèche a atteint le  » spot  » défini sur chaque cible ou s’en étant approché le plus près. Le suspens dure parfois jusqu’à la dernière flèche…Les Archers de Carrières ne dérogent pas à la tradition & organisent le Tir de la Saint Sébastien chaque année en extérieur, au sein du club quelle que soit la météo. Pour les quatre catégories participantes (jeunes, arcs classiques, arcs compounds, arcs chasse) les cibles sont réalisées en grand secret par les vainqueurs de l’an passé. La journée des archers se finit par un dîner et une soirée dansante.

L’abat oiseau

Ce tournoi, réservé aux seuls membres de la compagnie à jour de leurs cotisations, se fait soit à la perche (hauteur 15/20 m ) soit, plus généralement, à la cible à 50 mètres.

L’oiseau en bois est fabriqué par les archers et la zone à toucher doit représenter une face plate mesurant 26 mm sur 52 mm.Les archers tirent une seule flèche à tour de rôle.

L’ordre traditionnel est le suivant : l’empereur (archer ayant été Roy trois fois de suite) puis le Roy de l’année précédente, les membres du bureau et les archers (l’ordre de ces derniers étant tiré au sort) enfin les aspirants (moins de un an dans la compagnie).

Jadis, le tir se faisait dans un jardin d’arc constitué de deux buttes opposées sur une allée de 50m protégée par des gardes sur les côtés. On tirait d’abord dans un sens, puis dans l’autre sens. Certaines compagnies généralement anciennes, possèdent un tel jeu d’arc.

Le tir à l’oiseau se fait donc en principe sur des cibles dites Beursault, différents des cibles de couleurs (la même cible que celle utilisée pour le tir de la St Sébastien) .

Le tir Beursault

Ce type de tir met en avant la précision et la régularité du tir.Il se tire en quarante flèches, avec une seule flèche tirée à chaque fois dans un sens puis dans l’autre.

C’est assez long ! Cela tient au fait que jadis les flèches fabriquées à la main n’étaient pas rigoureusement identiques et par conséquence, réagissaient de manières irrégulières.

Les points se comptent en honneurs (flèche à l’intérieur d’un cercle donné) et en points, en fonction de la distance du centre, afin de départager les archers ayant le même nombre d’honneurs.

Le Bouquet Provincial

Il rassemble tous les ans jusqu’à 200 compagnies dans un village choisi de Picardie, d’Ile de France, ou de Seine Saint Denis. Le lieu est retenu quatre ans à l’avance.Le jour du Bouquet, le matin très tôt, les porte-drapeau se rendent à la mairie pour présenter leurs drapeau afin d’être placé dans le cortège. L’après-midi sont organisés des concours de tirs à l’arc comme cela se doit…

La Chevalerie de l’Arc

Les Chevaliers actuels sont les successeurs de ces archers du moyen-âge à qui avait été confiée la garde des reliques de Saint Sébastien.Plus tard, ils s’organisèrent en compagnie dotées de franchise et de privilèges. L’Archerie française fut supprimée à la révolution et les biens des Chevaliers réquisitionnés dans le domaine de l’état.Quelques compagnies subsistèrent et conservèrent les traditions. Dès l’ordre rétabli, on vit renaître la Chevalerie et se reformer des compagnies d’arc à Paris, autour de Paris, et dans le Nord.Charles V institua certaines règles d’intronisation au rang de Chevalier. Pour être intronisé Chevalier, il faut posséder certaines qualités reconnues par ses pairs et être proposé par deux parrains eux-mêmes Chevaliers.Le Capitaine d’une compagnie, s’il ne l’est pas encore, peut demander à être intronisé Chevalier. De même des membres du comité (bureau) présentant les qualités requises, ou parfois des archers s’étant particulièrement distingués par leur comportement ou leur dévouement, peuvent être également proposés à l’intronisation par d’autres Chevaliers. Insistons bien sur le fait qu’il n’y a pas de supériorité du Chevalier sur l’Archer, mais que le Chevalier se doit de montrer l’exemple et respecter ces valeurs auxquelles il a prêté serment.

Sébastien